• Ketty Steward est l'autrice de plusieurs ouvrages publiés depuis 2003, parmi lesquels "Noir sur Blanc" (2012) et "Confessions d’une séancière" (2018). Mue par la quête du mot juste, elle privilégie la forme courte et signe une cinquantaine de contes et de nouvelles (La Volte) ainsi qu’une pièce radiophonique diffusée sur France Culture. Elle anime des ateliers d’écriture auprès de publics variés et préside le Réseau Université de la Pluralité, une association internationale qui s’intéresse aux imaginaires alternatifs du futur. Diplômée en mathématiques, en sciences du travail, en secourisme et en psychologie, elle s'inspire aussi, largement, de son expérience dans l'éducation et de sa passion pour la cuisine.

L'Évangile selon Myriam

À seulement seize ans, Myriam est chargée d’écrire le livre de la Vérité qui manque à sa communauté de survivants de l’apocalypse. Elle n’a plus accès qu’à quelques ouvrages en lambeaux et à des récits oraux conservés tant bien que mal. Qu’à cela ne tienne, elle remplit sa mission.

Puisant à toutes les sources, de la chute de Lucifer aux chaussons de Cendrillon, en passant par Le Lac des cygnes et les pérégrinations d’Œdipe, elle trace des démarcations nouvelles entre le mensonge et la vérité.

L’Évangile selon Myriam propose une relecture drôle et incisive de nos évidences présentes et nous invite à en interroger la construction.

ISBN : 978-2-35408-838-5/ octobre 2021 / 208 pages

18,00 

Coût d’envoi : 1€ pour la France métropolitaine et l’Europe francophone.
Pour les autres pays, merci de nous contacter.
Les commandes sont traitées dans les 24 à 72h.

Ce qu'ils en disent :

  1. Librairie Charybde

    Fable à tiroirs et melting pot décisif de mythologies et de croyances réputées indispensables à la survie du peuple religieux, un redoutable roman d’humour sérieux pour écouter différemment les récits prétendant structurer nos visions du monde.

  2. Les Chroniques du chroniqueur

    L’Évangile selon Myriam est un roman de Ketty Steward, dans lequel l’autrice met en scène la construction d’un récit comme ciment social par Myriam. Elle monte, juxtapose et réécrit, dans un mouvement intertextuel et polytextuel, des références bibliques, des contes, et des mythes, en y ajoutant une forte dose d’ironie, notamment portée par un principe de réalité nommé Alphonse, mais aussi en les réactualisant. Le roman traite donc de la manière de raconter, mais interroge aussi l’influence et la portée des récits sur les individus. Si ces questions vous intéressent, ou si vous voulez découvrir la plume de Ketty Steward, je ne peux que vous recommander ce roman !

  3. Filox

    L’ensemble est bien écrit, original, amusant. Par une curieuse alchimie, il explore de manière mystérieusement interactive, le fameux « la culture c’est ce qui reste quand on a tout oublié ».

Du même auteur chez Mnémos :

À découvrir également